53799318_1502179516582343_25620615853590

"Si tu regardes des murs barbouillés de taches, ou faits de pierres d'espèces différentes, et qu'il te faille imaginer quelque scène, tu y verras des paysages variés, des montagnes, fleuves, rochers, arbres, plaines, grandes vallées et divers groupes de collines." Léonard de Vinci.

INSPIRATION

Le travail expérimental d'Olga Orlenko tend à rendre progressivement une expression artistique vivante. La Couleur, la Matière et la Profondeur sont les trois dimensions qui lui sont nécessaires à l'élaboration d'un monde sensoriel, en mouvement. Ce monde privilégie l'âme humaine en tant qu'élément central philosophique, émotionnel, et narratif.

L'engouement d'Olga Orlenko pour les arts et la création artistique se manifeste dès le lycée. Elle se passionne dans un premier temps pour l'Art abstrait et en particulier pour la Couleur, inspirée par Kandinsky, Klein, Rothko, Klee, Sonia Delaunay, Chagal pour leur expression et leur étude  sur la Couleur.

Parallelement à ses études à la Sorbonne et à l'INALCO en langues Slaves et l'Histoire des Arts, elle participe à des tournages, notamment à La Femis, et fréquente les musées et les expositions. Elle apprend le métier de décoratrice à travers de nombreuses expériences sur les plateaux de cinéma – séries, courts-métrages – mais aussi dans les ateliers de décor. Cette période est propice à la découverte des techniques et utilisation de différents matériaux sur le travail de décoration. Elle se penche en particulier sur la Matière et le Volume, en observant des murs et leur évolution matérielle face aux empreintes du Temps.

"Si tu regardes des murs barbouillés de taches, ou faits de pierres d'espèces différentes, et qu'il te faille imaginer quelque scène, tu y verras des paysages variés, des montagnes, fleuves, rochers, arbres, plaines, grandes vallées et divers groupes de collines." Léonard de Vinci.

Elle élargit son champ d'investigation par la photographie et le cinéma, inspirée par les film d'Andrei TarkovskySharunas Bartas et Yuri Norstein. Elle commence à tenir un journal dans lequel elle note ses observations  sur des thèmes propres à la Philosophie, la Psychologie, les Sciences et l’Expérimental.

Parallèlement à son métier de décorateur elle entreprend une formation en Théorie de la Couleur, l'Histoire des styles et le dessin à main levée à l'Ecole Boulle (GRETA). Elle y fait la connaissance de Dominique Chevallier, son professeur qui lui apprendra le dessin à main levée. Elle affectionne tout particulièrement la période de l'Art Nouveau avec Klimt, Kokochka, Schiele...(Exposition Universelle). Elle approfondit également ses connaissances en redécouvrant la période du Bauhaus et l'Art-Déco en particulier avec Johannes Itten pour son travail  sur la couleur. Enseignement qui lui permettra de mettre en pratique une maîtrise technique répondant à des années d'observations, d'études et de recherches. 

C'est par captation sensorielle, en superposition de manière aléatoire avec différents matériaux, qu'elle  débutera ses premiers travaux intitulés "Les années couleur" sur les thèmes de l'Invisible et l'Aléatoire. 

Ses peintures réalisées sur des murs se révèlent et l'amènent vers la recherche de profondeur, à travers le projet "Les Âmes Vivantes - La captation du portrait intérieur", sur le thème de la Psyché. 

Ces investigations la conduisent à l'Institut Supérieur de Peinture Van Der Kelen de Bruxelles, où elle apprend l' imitation de bois et marbres, technologie de la peinture et techniques anciennes, trompe-l’œil et décor de théâtre, dessin d'après modèles vivants, perspective, peinture décorative.

Au même moment on lui propose une traduction du scénario pour le long-métrage Indigène d'Eurasie de Sharunas Bartas du français en russe, (coproduction France, Russie, Lithuanie) puis le poste de chef décorateur. Elle part travailler à Vilnius en Lituanie. 

Cette période va marquer un tournant majeur dans sa carrière professionnelle et en tant qu'artiste plasticienne: elle découvre les techniques de peinture à l'huile , peinture à l’œuf et d'autres techniques anciennes et prend conscience qu'il est possible de passer de l'abstraction au figuratif en réalisant un premier travail intitulé "Lituanie-Belgique 2007". (dessiner par taches autrement dit dessiner grâce au cerveau droit). 

Toutes ces nouveautés lui confèrent une maîtrise, une aisance dans l'expression picturale et le volume. Elle commence à exposer et à participer à des expositions collectives en continuant son travail sur la matière, la couleur et la profondeur et en y apportant de nouvelles techniques. Elle réalise, en y ajoutant de temps à autres des faisceaux lumineux, des peintures, sculptures, des installations en utilisant le rhodoïd, le plexiglas pour optimiser la profondeur, ainsi que des essais sur du sucre Crystal pour la sculpture, remplaçant la résine époxy,  trop onéreuse. "Les Années grises" 2009 , "Interprétation de la Joconde" 2010, "l'Expression de la Colère" et son résultat: "la Putréfaction " 2010.

En songeant au projet de film d'animation "Le conte de mon grand-père", d'après le conte traditionnel russe "Vassilissa la très-belle" qu'elle avait entreprit en hommage à son grand-père qui l'éleva en Russie, elle dimensionne la portée fantastique de celui-ci à travers une nouvelle série de peintures:  "La Forêt Fabuleuse"2010/11, étape majeure de sa création,  par un monde imaginaire à travers le conte dans la symbolique de la  transition entre l'enfance et l'âge adulte. Il se déroule dans la Forêt, symbolisant la connexion entre  l'Eau, la Terre et le Cosmos.  

Un ancrage qui permet de développer la thématique de la captation sensorielle en rendant un monde imaginaire visible. Les procédés techniques en superposition, disposés de manière accélérée, ont permis de donner cette indépendance et distanciation nécessaires pour que la peinture prenne vie d'elle-même, comme divers éléments de la nature se développant, confortés par leur propre autonomie. 

L'évolution de cette série de peintures donnera lieu à une peinture figurative d'éléments végétaux. Les modèles reproduits tels l'Eucalyptus - 2012 , les Chardons Bleus - 2013 et le Bouquet Cosmique - 2014 apportent cette représentation du mouvement dans l'Univers. Une perception fixe de prime abord, se perd dans le mouvement et l'impression de plante animée. Cette dimension est élaborée et approfondie avec la peinture Les fruits / Fractale 2015 , soulignant le développement de l'objet dans l'objet selon l'ordre de l'expansion naturelle dans l'Univers.  

C'est en assemblant les thématiques cosmologique et naturelle qu'elle développe son travail avec La Forêt Fabuleuse II -2019/20. De manière narrative et poétique, une transcription entre l'Invisible  et le Visible, et le passage entre les deux. En mêlant l'abstrait et le figuratif, une mutation symbolisée par le passage d'un monde à l'autre, suggère les changements que nous vivons aujourd'hui.

© 2020 Olga ORLENKO. 

  • w-facebook
  • Pinterest
  • Instagram
  • SoundCloud sociale Icône
  • Vkontakte sociale Icône